Un pas après l’autre.

8ea13eeef5120c336b2c76468dd009da
Crédit photo : Pinterest – MottosPrint on Etsy

 

J’aime la course à pied, et ce pour différentes raisons. D’abord motivée par la volonté de reprendre une activité sportive, j’y ai finalement pris goût et c’est la sensation de l’effort et de bien-être en découlant qui ont pris le relais. Je n’ai pas la prétention d’effectuer des performances transcendantes, c’est pourquoi ce post n’a pas pour objectif de traiter de la course à pied en soi ou de sport de manière générale, il s’agit tout simplement d’une illustration assez parlante que je souhaiterais partager avec vous.

J’attribue cette initiation au running à mon papa. M’accompagnant pendant un certain nombre de sorties, c’est lui qui m’a motivé, entraîné, et enseigné le dépassement de soi sans toutefois surestimer mes capacités. Au travers des années, j’ai pu ainsi recueillir ses précieux conseils qui m’ont ainsi aidé à progresser, jusqu’à parvenir à effectuer un parcours sur une durée régulière.

La sortie d’aujourd’hui était particulière, aux allures de reprise sportive après plusieurs semaines d’interruption. Je me suis donc demandée s’il était judicieux d’effectuer mon parcours habituel dans son intégralité, appréhendant les différentes côtes le jalonnant. Passant outre ces inquiétudes, je me suis dit que j’allais envisager la sortie au fur et à mesure de son déroulement ; d’abord le faux-plat qui va jusqu’au bout du lotissement. OK, maintenant la descente qui va jusqu’au bout de la route… Le fait de ne pas envisager le parcours dans son intégralité mais plutôt étape par étape a été beaucoup plus rassurant et productif. En soi ce n’est pas un raisonnement révolutionnaire, mais je n’ai pu m’empêcher de mettre cet exemple en perspective à ce que je peux vivre actuellement.

Il est commun à tous de faire face à des périodes de transition dans notre vie, mais la différence peut se faire sur la façon dont nous les appréhendons. Il s’agit d’un mode de pensée que j’essaie d’appliquer depuis quelques temps et je ne nie pas la difficulté de s’y astreindre, notamment lorsque toutes les incertitudes surgissent tel un bouillonnement. Toutefois, en regardant à certaines périodes franchies dans cette optique, je peux vous certifier que cela en vaut le coup.

Car après tout, qu’il y a-t-il de plus angoissant que d’envisager la montagne de craintes dans son ensemble ? D’une part, sa taille ne va pas diminuer soudainement, et d’autre part nous risquons de nous noyer dans nos inquiétudes. Aussi, en avançant un pas après l’autre, nous parviendrons à dégager – à la manière d’une to do list – les obstacles progressifs qui se dressent devant nous. Je ne parle pas là de fuir nos tracas en les remettant perpétuellement au lendemain, simplement d’envisager chaque jour comme présentant son lot de joies et de difficultés, sans avoir le besoin d’y ajouter les soucis du lendemain. Ainsi, c’est en approchant ces fameuses côtes appréhendées que sont revenus les conseils de mon papa : réduis ta foulée, mais maintiens une allure plus soutenue et régulière.

Finalement, quel est l’intérêt quand survient la difficulté, d’effectuer de grands pas qui ne contribueront qu’à nous essouffler davantage ? N’avons-nous pas suffisamment de préoccupations pour nous infliger en plus une cadence  insoutenable sur la durée ?

Le regard fixé ni trop haut ni sur mes pieds, le rythme de la cadence résonnant telle une mélodie dans mon esprit, c’est ainsi que je vois progressivement la côte se révéler sous mes pas pour enfin redécouvrir le plaisir de la zone de plat qui clôt la séquence d’effort. Je suis en haut. Je l’ai fait. J’ai réussi. Et quelle n’est pas la joie que nous pouvons ressentir en regardant  derrière soi le chemin parcouru.

Finalement, je n’ai pas changé mon itinéraire ce soir là. Mais en appréhendant ma sortie d’une manière différente, j’ai réussi à dépasser mes craintes et à franchir ce que je pensais comme difficilement réalisable.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on TumblrEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *